Dans une amidonnerie

Dans ton magazine, tu as découvert comment l’amidonnerie d’Haubourdin fabrique de l’amidon grâce au maïs qu’elle reçoit chaque jour. Mais l’amidon se trouve aussi dans les céréales comme le blé ou le riz et dans d’autres plantes.

Marie-Jo Attou, travaille chez Chamtor, une amidonnerie située en Champagne Ardenne. Elle explique comment son usine fabrique de l’amidon à partir de blé.

Pourquoi utiliser du blé plutôt que du maïs ou une autre plante ?

Dans la région Champagne-Ardenne les agriculteurs qui cultivent des céréales produisent surtout du blé. C’est pour cette raison que notre usine fabrique de l’amidon à partir du blé qu’elle achète aux agriculteurs situés à proximité et participe ainsi au développement de sa région.

Le processus pour fabriquer de l’amidon à partir du blé est-il très différent que lorsqu’on utilise du maïs ?

C’est un procédé un peu différent. Comme pour le maïs, les grains sont nettoyés, mouillés et écrasés dans un moulin. A ce stade, on récupère le son qui est l’enveloppe du grain de blé et on obtient de la farine.

Mais c’est en travaillant la farine de blé que l’on en extrait le lait d’amidon, qui après séchage  se présente comme une poudre blanche appelée « amidon natif ». C’est également à partir du lait d’amidon que l’on obtient le sirop de glucose.

Comment choisissez-vous vos blés ?

On choisit la même qualité de blé que les meuniers, mais chaque récolte est différente, les grains ne contiennent pas toujours la même quantité d’amidon. Nous prenons ce que la nature nous donne et nous le transformons au mieux. Les grains sont comme des pépites. De cette céréale si riche, on en extrait le meilleur.

 

Découvre maintenant l’intérieur d'une amidonnerie en vidéo !